septembre 26, 2022
Juxtapoz Magazine – Sound and Vision : Stanley Donwood sur la réalisation de la pochette de « The Bends » de Radiohead
Art

Juxtapoz Magazine – Sound and Vision : Stanley Donwood sur la réalisation de la pochette de « The Bends » de Radiohead

11 octobre 2021 | en musique

Avec Thom Yorke et Stanley Donwood faisant équipe avec Christie's cette semaine sur Comment disparaître complètement, une présentation du travail de Donwood et Yorke autour du classique de Radiohead Kid A et Amnesiac albums sortis en 2000 et 2001, retour sur notre histoire avec la pochette de Donwood de The Bends.

Avec l'album de 1995, « The Bends », Radiohead a présenté un lyrisme émotionnel et angoissant, associé à une orchestration de plus en plus complexe qui distingue le groupe de leurs contemporains grunge américain et britpop britannique. L'album s'appuie sur les idées énoncées, mais pas complètement étoffé dans leur premier album, « Pablo Honey ». Cela définissait clairement le talent et le style qui les amèneraient au premier plan de la musique pendant plus de deux décennies.

Radiohead, Les courbures

Couverture de
Stanley Donwood

81XKo5fhRyL. SL1400

Avec l'album de 1995, « The Bends », Radiohead a présenté un lyrisme émotionnel et angoissant, associé à une orchestration de plus en plus complexe qui a défini le groupe en dehors de leurs contemporains grunge américain et britpop britannique. L'album s'appuie sur les idées énoncées, mais pas complètement étoffé dans leur premier album, « Pablo Honey ». Cela définissait clairement le talent et le style qui les amèneraient au premier plan de la musique pendant plus de deux décennies.

La pochette visait la même direction que l'album, en utilisant la technologie analogique pour explorer un monde de plus en plus numérisé. Les réponses ici sont souvent à la vue du bon spectateur, et Stanley Donwood avait un œil exercé. Il continuerait à travailler avec le groupe sur chaque album à partir de « The Bends ». Concernant la pochette de l'album, il a fourni à Juxtapoz
cette citation fascinante :

« Nous avons loué une caméra vidéo, une grosse chose en forme de boîte qu'il fallait mettre sur une épaule. Il a fallu des cassettes VHS, et nous sommes sortis et avons filmé des choses que nous pensions être intéressantes d'une manière ou d'une autre ; panneaux de signalisation, symboles sur les emballages en carton mis au rebut, lampadaires. Nous avons passé ces cassettes vidéo sur une machine branchée à un téléviseur et pris des photos de l'écran. Ensuite, nous avons pris les films pour photographier les magasins en développement et avons attendu de voir si l'une des photos était bonne. S'ils l'étaient, nous pourrions les scanner. Nous sommes entrés dans un hôpital avec la caméra et avons filmé toutes sortes de choses. Je ne sais pas si c'était vraiment autorisé ou non. Probablement pas. Je voulais trouver un poumon de fer à cause d'un des titres de chansons de l'album mais les poumons de fer ne sont pas très intéressants à regarder. Dans la salle où le personnel pratique la réanimation se trouvaient quelques mannequins, et l'un d'eux en particulier avait une expression faciale comme celle d'un androïde découvrant pour la première fois les sensations d'extase et d'agonie, simultanément. Et c'était la pochette du disque.

Découvrez quelques-unes de nos récentes courtes vidéos:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.