août 12, 2022
Juxtapoz Magazine – Paysages d’intérieurs: The Interior Landscapes of Claire Tabouret
Art

Juxtapoz Magazine – Paysages d’intérieurs: The Interior Landscapes of Claire Tabouret

Perrotin // 16 octobre 2021 – 18 décembre 2021

L'une des expositions qui nous a certainement marqués lors de notre récent voyage à Paris (et sans oublier la concurrence était féroce), était l'exposition personnelle de

Claire Tabouret chez Perrotin . Présentée en accord avec Almine Rech, l'œuvre est divisée en trois salles, comprenant des céramiques peintes, des acryliques florales sur papier et la remarquable série de grandes acryliques sur fourrure synthétique. Et en plus de Paysages d'intérieurs chez Perrotin, Almine Rech lui présente L' Urgence et la Patience exposition de sculptures, autoportraits et portraits, et une sculpture en bronze d'une adolescente baigneuse à l'Hôtel Salé au Musée national Picasso.

« Pour le défilé Perrotin, je travaillais sur de la fausse fourrure synthétique, j'appelle ça duvet », déclarait Tabouret récemment dans son Art Forum entretien. « Cela ne laisse pas beaucoup de marge pour la superposition ou les erreurs. Pour moi, c'était une façon de vraiment parler de texture. » Et en effet, c'est la grossièreté inégalée de ces créations étranges mais séduisantes qui nous a fait examiner tout ce qui se passe à leur surface, en appréciant la façon dont ces panoramas pittoresques se séparent. Équilibrant quelque part entre le délice vibrant et un désordre humide, les affrontements impitoyables des poils de fourrure minces et de la peinture acrylique collante explosent dans une amplitude de formes sculpturales presque minuscules qui, vues dans leur ensemble, forment une image pictographique reconnaissable. En combinaison avec la compétence coloriste exceptionnelle de l'artiste née en France et basée à Los Angeles, cette série cohérente de «peintures de paysages duveteux» est une nouvelle façon de fusionner le cœur de sa pratique avec les influences du monde qui l'entoure, à savoir, la vie quotidienne Californie.

Travaillant habituellement avec le portrait, l'identité, les relations entre les gens, mais aussi intéressée par l'espace qu'occupent ses protagonistes, Tabouret a cette fois laissé tomber ses sujets et s'est entièrement concentrée sur leur entourage. Tout en travaillant sur cette série de paysages d'intérieur, elle a également pleinement embrassé son intérêt pour le travail avec la lumière, les couleurs et la création de décors lumineux et imprégnés de lumière. Commençant son processus en peignant sur un fond néon, le type de couleur qui n'existe pas dans la nature, l'idée est d'abord d'installer l'image dans son espace mental, loin de toute interférence de la réalité. C'est là qu'elle procède à l'application de couleurs vives et audacieuses les unes sur les autres, créant de la profondeur et du volume, tout en étant capable de décaler et de modifier le réglage de la lumière continue venant de l'arrière. Connue pour peindre lentement et se consacrer au processus, se soucier vraiment des sujets et les construire avec soin à chaque coup de pinceau, elle utilise cette lueur de néon constante du dessous pour créer une ambiance distinctive. Et en travaillant avec un support aussi intense que la fausse fourrure et la luminosité presque impossible à couvrir entièrement de peinture, Tabouret transforme ces représentations débraillées de vues idylliques en souvenirs rayonnants en continu qui ne s'effaceront jamais.

Photo et texte de Sasha Bogojev

Découvrez quelques-unes de nos récentes courtes vidéos:

)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.