septembre 16, 2021
Mises à jour en direct de COVID-19: le nombre total de cas dépasse 220 millions

Mises à jour en direct de COVID-19: le nombre total de cas dépasse 220 millions

[LMICs]


    • L'épidémie de coronavirus a commencé à Wuhan, en Chine, en décembre 2019.




        Connu sous le nom de SARS-CoV-2, le virus a entraîné plus de



        221 million


        infections et plus de 4,5 millions de décès.



          L'infection par le SRAS-CoV-2 cause le COVID-19 .


        • )

          COVID-19 a maintenant été signalé sur tous les continents.




            Tenez-vous au courant des dernières recherches et informations sur COVID-19 ici.




          • Pour plus d'informations sur les vaccins, visitez notre article sur les mises à jour des vaccins en direct.




            07/07/2021 12:20 GMT —



            Première mondiale : Cuba vaccine les tout-petits contre le COVID-19 Lundi, Cuba a commencé à vacciner les enfants de 2 ans en utilisant ses propres vaccins COVID-19. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) ne les a pas encore reconnus. Les vaccins s'appellent Abdala et Soberana, et des essais cliniques auraient prouvé leur innocuité et leur efficacité chez les enfants. Les données de ces essais cliniques n'ont pas été rendues publiques, toutefois. En savoir plus sur la décision de Cuba ici.


        • 07/09/2021 12:15 GMT —


          Les scientifiques découvrent des anticorps qui peuvent neutraliser une gamme de variantes du SRAS-CoV-2


        Les chercheurs ont isolé deux anticorps anti-SARS-CoV-2 qui pourraient contrer les nouvelles variantes du SARS-CoV-2 et combattre plus largement les coronavirus. Un des anticorps prévenus Les infections au SRAS-CoV-2 chez les hamsters et l'autre ont démontré leur efficacité contre une variété de virus respiratoires. Les scientifiques détaillent leurs découvertes dans le journal Nature. Lire MNT

  • de l'étude ici.


      09/07/2021 12:00 GMT —



      Delta versus Alpha: comparaison taux d'hospitalisation


      Une nouvelle étude parue dans la revue

      Les maladies infectieuses du Lancet compare le risque d'hospitalisation chez les personnes ayant contracté la variante originale du SRAS-CoV-2 ( la variante Alpha) et ceux qui ont contracté la variante Delta. Dans l'ensemble, l'étude a trouvé que les personnes qui ont contracté la variante Delta étaient environ deux fois plus susceptibles de nécessiter une hospitalisation que celles qui ont contracté la variante Alpha. La plupart des participants n'étaient pas vaccinés ou seulement partiellement vaccinés, et les taux d'hospitalisation entre partiellement vaccinés et non vaccinés étaient similaires.

      Lire MNT la couverture complète de l'étude ici.

    • 09/06/2021 10:50 GMT — Le Vietnam étend les restrictions et renforce les tests COVID-19


    Le lundi 6 septembre, le Vietnam a prolongé ses restrictions pandémiques de 2 semaines supplémentaires, suite à une augmentation des cas de COVID-19 causé par la propagation rapide de la variante Delta. Le pays prévoit également de tester jusqu'à 1,5 million de personnes pour les infections au SRAS-CoV-2 au cours de la semaine prochaine, dans les zones de Hanoï où le risque d'infection est élevé. En moyenne, la capitale du Vietnam a signalé 50 nouveaux COVID -19 cas par jour.



    09/03/2021 16:02 GMT — Un combo d'anticorps monoclonaux aide les personnes à haut risque à éviter l'hôpitalUne nouvelle étude

    constate qu'une combinaison de deux anticorps monoclonaux peut aider les personnes à haut risque atteintes de COVID-19 à éviter d'être hospitalisées. L'étude, qui a porté sur près de 1 400 personnes présentant des cas légers à modérés de COVID-19, a révélé que beaucoup moins de personnes recevant un traitement par anticorps nécessitaient une hospitalisation.En savoir plus ici.




    09/03/2021 14:26 GMT — L'UE conclut un accord avec AstraZeneca

    Au cours des derniers mois, l'Union européenne (UE) et AstraZeneca ont été mêlés à une bataille juridique concernant la livraison de vaccins. Aujourd'hui, l'UE a annoncé que les deux parties étaient parvenues à un accord. AstraZeneca délivrera 135 millions de doses d'ici fin 2021 et un total de 300 millions de doses d'ici mars 2022. Trouvez plus de mises à jour sur les vaccins ici.




    09/03/2021 14:25 GMT — Les mesures de confinement en cas de pandémie ont créé une brève baisse des émissions Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), le monde a connu une baisse « sans précédent » de la pollution de l'air en 2020 en raison des confinements. Cependant, les niveaux n'ont pas baissé partout. Dans certaines régions, certains polluants atmosphériques sont restés élevés voire dépassés les années précédentes. Selon Petteri Taalas, le Secrétaire général de l'OMM, «COVID-19 s'est avéré être une expérience imprévue de la qualité de l'air, et elle a conduit à des améliorations localisées temporaires. Mais une pandémie ne remplace pas une action soutenue et systématique pour lutter contre les principaux facteurs du changement démographique et climatique et ainsi protéger la santé des personnes et de la planète. L'OMM a comparé la pollution de l'air pendant les fermetures de 2020 avec les mêmes périodes en 2015-2019. Ils ont mesuré des baisses de 70 % des niveaux d'oxyde nitreux et des réductions allant jusqu'à 40 % des particules fines. Responsable de l'environnement atmosphérique de l'OMM division de la recherche, le Dr Oksana Tarasova, explique que bien que les changements aient été substantiels, ils n'ont pas duré longtemps. Lorsque «il n'y a pas voitures dans la rue, vous voyez immédiatement l'amélioration de la qualité de l'air. Et bien sûr, dès que les voitures retournent dans la rue, vous récupérez l'aggravation. »




      09/02/2021 10:27 GMT — Pfizer et Merck testent des antiviraux oraux pour lutter contre le COVID-19

    Pfizer et Merck ont ​​annoncé le début de nouveaux essais portant sur un médicament antiviral oral expérimental pour traiter le COVID-19. Cet essai de phase 2/3 comprendra 1 140 participants infectés par le SRAS-CoV-2 qui ne sont pas traités à l'hôpital et ne risquent pas de développer une maladie grave. Les chercheurs donneront le participants l'antiviral expérimental inhibiteur de protéase – connu sous le nom de PF-07321332 – avec une faible dose de ritonavir. Les médecins utilisent régulièrement le ritonavir pour traiter les personnes infectées par le VIH.


    Selon leur communiqué de presse, « une faible dose de ritonavir devrait aider à ralentir le métabolisme, ou la dégradation, du PF-07321332 afin qu'il reste dans le corps plus longtemps à des températures plus élevées. concentrations, travaillant ainsi en continu pour aider à combattre le virus. » «En cas de succès», explique le communiqué de presse, «PF-07321332/ritonavir a le potentiel de répondre à un besoin médical important non satisfait, en fournissant aux patients une nouvelle thérapie orale qui pourrait être prescrite au premier signe de infection, sans nécessiter d'hospitalisation. »


    02/09/2021 10:15 GMT — COVID-19 : les renseignements américains excluent l'origine d'une arme biologique


    Selon un rapport des États-Unis Dans telligence Community, le SARS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, n'a pas été développé comme une arme biologique. Un résumé non classifié du rapport révèle que la plupart des agences de renseignement pensent également que le virus n'a pas été génétiquement modifié.En savoir plus sur le rapport ici.

  • 01/09/2021 15:00 GMT —

  • La plupart des gens aux États-Unis soutiennent les mandats de vaccination dans certaines situations


    En tant que variante Delta du SRAS-CoV- 2 continue d'augmenter aux États-Unis et dans le monde, l'Associated Press, en partenariat avec le NORC Center for Public Affairs Research de l'Université de Chicago, a mené une enquête nationale sur le soutien aux mandats de vaccination aux États-Unis

    Le sondage a recueilli les réponses de 1 729 participants. Les résultats ont révélé que plus de la moitié de la population américaine soutient les mandats de vaccins et de masques pour les voyages en avion, les événements surpeuplés, les professionnels de la santé, les travailleurs en contact avec le public et les personnes travaillant dans des fonctions gouvernementales ou militaires.

    Lire MNT ) pour la couverture complète de l'enquête, cliquez ici.

    01/09/2021 14:50 GMT —


    Le vaccin COVID-19 de Moderna produit deux fois plus d'anticorps que Pfizer-BioNTech, selon une étude


    Le vaccin de Moderna a pu stimuler plus du double des anticorps contre le pic protéine produite par le SARS-CoV-2 que celles générées par le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19, une nouvelle recherche a été trouvée.

    En étudiant 2 500 travailleurs dans un grand système hospitalier belge, les chercheurs ont découvert que les niveaux d'anticorps des individus qui n'avaient pas contracté le SRAS-CoV -2 avant de recevoir deux doses du vaccin Moderna était en moyenne de 2 881 unités par millilitre ( ml). Ceci est comparé à 1 108 unités par ml chez ceux qui ont reçu deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech.

    Les chercheurs attribuent cette différence au vaccin Moderna ayant une plus grande quantité d'ingrédient actif que celui de Pfizer-BioNTech, qui était respectivement de 100 microgrammes (mcg) et 30 mcg . L'intervalle plus long entre deux doses du vaccin, qui était de 28 jours pour Moderna et de 21 jours pour Pfizer-BioNTech, pourrait aussi être une explication.L'étude n'a pas examiné si ces différences d'anticorps entraînaient une différence d'efficacité au fil du temps.

    Les résultats concernant les deux vaccins, qui utilisent la technologie de l'ARNm, sont apparus dans une lettre au Journal de l'American Medical Association (JAMA)

  • le lundi.

    En savoir plus sur le fonctionnement des vaccins à ARNm ici.

  • 01/09/2021 12:15 GMT —

  • Les convulsions peuvent n'être qu'un symptôme du COVID-19 chez certains enfants


    Certains enfants peuvent présenter uniquement des convulsions et pas d'autres symptômes pseudo-grippaux typiques de C OVID-19, suggère une nouvelle étude.

    Chercheurs israéliens ana a lysé 175 cas pédiatriques de COVID-19 qui sont arrivés aux urgences. Sur ces 175 enfants, 11 ont eu des crises, sept avaient déjà reçu un diagnostic de trouble neurologique et seulement six avaient de la fièvre. Tous entièrement récupérés.Le les chercheurs disent que des convulsions pourraient survenir chez des enfants par ailleurs en bonne santé avec des cas bénins de COVID-19.L'étude apparaît dans la revue Seizure.

    Les crises n'ont pas été un symptôme courant dans les cas de COVID-19 chez l'adulte jusqu'à présent, mais les chercheurs pensent qu'elles « peuvent être la principale manifestation de COVID-19 aigu chez les enfants, » et pas nécessairement chez les enfants ayant de la fièvre ou des antécédents d'épilepsie.

    Bien que le nombre de cas d'infection par le SRAS-CoV-2 ait été beaucoup plus faible chez les enfants que chez les adultes, et qu'ils aient également été beaucoup plus légers, avec l'augmentation récente des cas de variante Delta, plus d'enfants sont devenus plus gravement malades.Lire la suite de MNT La couverture de sur COVID-19 chez les enfants ici.


    31/08/2021 15h30 GMT – La transmission du SRAS-CoV-2 est la plus susceptible de se produire 2 jours avant à 3 jours après l'apparition des symptômes [LMICs]

      Une nouvelle étude de cohorte a examiné les modes de transmission de la variante originale du SRAS-CoV-2 afin de déterminer quand le virus est le plus susceptible de se transmettre. L'équipe internationale de chercheurs ont examiné 730 personnes testées positives pour l'infection au SRAS-CoV-2 entre janvier et août 2020 dans la province du Zhejiang, en Chine. Les scientifiques ont ensuite utilisé la recherche des contacts pour identifier 8 852 autres personnes qui étaient en contact étroit avec les 730 premiers cas de SRAS-CoV-2. L'analyse a révélé que les personnes avec le SRAS-CoV-2 étaient les plus susceptibles de transmettre l'infection entre 2 jours avant et 3 jours après avoir ressenti les premiers symptômes. Le risque de transmission était le plus élevé le jour de l'apparition des symptômes. L'étude a également révélé que les personnes qui ont contracté le SRAS-CoV-2 d'une personne asymptomatique étaient, à leur tour, moins susceptibles de développer elles-mêmes des symptômes.

      À lire MNT pour la couverture complète de l'étude, cliquez ici.





      31/08/2021 13:15 GMT — Les personnes atteintes de la variante Delta du SRAS-CoV-2 sont deux fois plus susceptibles d'être hospitalisées Non seulement la variante Delta du SRAS-CoV-2 est plus facilement transmissible que les variantes précédentes, mais elle rend également les gens plus malades, un Une grande étude au Royaume-Uni suggère.

      L'étude a révélé que près de 3 patients sur 4 n'avaient pas été vaccinés et que 50 % étaient sous le ge de 31. Après en analysant 43 338 personnes atteintes de la variante Alpha ou Delta du SRAS-CoV-2, les chercheurs ont découvert que les personnes non vaccinées atteintes de la variante Delta étaient plus de deux fois plus susceptibles d'être hospitalisées que les personnes atteintes de la variante Alpha.

      Ces résultats font écho à ce que les médecins constatent dans le États-Unis avec les dernières poussées. Cela les a amenés à inventer une phrase pour décrire leur profil de patient COVID-19 actuel dans les hôpitaux: «plus jeune, plus malade, plus rapide.» L'étude britannique indique également que le risque d'hospitalisation avec la variante Delta pour les personnes vaccinées était également accru, mais les données n'étaient pas aussi clair.« Les résultats suggèrent que les épidémies de la variante Delta dans les populations non vaccinées pourraient entraîner un fardeau plus lourd pour les services de santé que la variante Alpha », l'étude, qui apparaît dans le journal The Lancet Infectious Diseases, conclut.

      Selon des recherches antérieures, la variante Delta était 60% plus transmissible que la variante Alpha, et les personnes vaccinées et non vaccinées partageaient des charges virales similaires après avoir contracté le SRAS-CoV-2.

      En savoir plus sur la façon dont le monde peut arrêter la propagation de la variante Delta ici.




        27/08/2021 15:30 GMT — Comment pouvons-nous empêcher la propagation du SARS-CoV-2 chez les enfants ?

          Les hospitalisations liées au COVID-19 chez les enfants sont en augmentation aux États-Unis. Dans un dossier spécial, Medical News Today
  • a interrogé sept de ses experts sur les causes de cette tendance, le risque de contracter le SRAS-CoV-2 chez les enfants et les moyens de limiter l'exposition et d'empêcher une nouvelle propagation. Le MNT

    les experts ont également répondu aux questions sur la gravité de la variante Delta et les avantages de la vaccination COVID-19 chez les enfants. Lisez la fonctionnalité MNT complète ici.


  • 27/08/2021 14:10 GMT — Risque de caillot sanguin beaucoup plus élevé du COVID-19 que du vaccin

    Les scientifiques ont dit que le risque de caillots sanguins ou d'accident vasculaire cérébral avec Les vaccins COVID-19 sont beaucoup plus faibles que si un individu avait attrapé la maladie elle-même, avant ou après la vaccination. Auparavant, les scientifiques avaient trouvé un risque accru de thrombocytopénie, ou un faible nombre de plaquettes, chez les personnes vaccinées avec l'AstraZeneca jab. Si la numération plaquettaire d'une personne est faible, son sang ne coagulera pas bien, ce qui peut provoquer des saignements excessifs ou des plaies qui ne cicatrisent pas correctement. Les nouveaux résultats, qui apparaissent dans

  • Le BMJ, suggèrent que les personnes vaccinées avec l'Astrazeneca ou les jabs Pfizer ont un risque accru de subir certains événements liés au sang ou aux vaisseaux sanguins après les premières doses, mais seulement dans les 28 jours suivants. Comparativement, ce risque est nettement plus élevé et dure plus longtemps si une personne a contracté le virus SARS-CoV-2. L'étude a analysé plus de 29 millions de personnes ayant reçu une vaccination partielle contre le COVID-19 et près de 2 millions de personnes atteintes de la maladie.

    Pour 10 millions de personnes vaccinées avec le vaccin AstraZeneca, les scientifiques ont constaté que les personnes atteintes de COVID-19 sont près de neuf fois plus susceptibles de souffrir de thrombocytopénie que celles qui ont reçu une dose du jab. Le risque de caillots sanguins dans les veines était également 200 fois inférieur au risque suite à une infection par le SRAS-CoV-2 dans le même groupe. Les chercheurs ont également constaté une augmentation de la probabilité d'accident vasculaire cérébral après le jab Pfizer initial, mais elle était encore 12 fois inférieure au risque posé par l'acquisition du virus lui-même. Rendez-vous ici pour en savoir plus sur les effets secondaires des vaccins COVID-19.




    26/08/2021 09:58 GMT — L'avenir de COVID-19: Un «changement cohérent du risque pour les jeunes» Un nouveau modèle informatique suggère que le SARS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, pourrait un jour n'être qu'un autre coronavirus de type froid. Les auteurs s'attendent à ce que COVID-19 devienne une maladie principalement infantile si les adultes acquièrent une immunité à long terme contre une infection naturelle ou une vaccination.

    En savoir plus ici.



    26/08/2021 09:57 GMT — Les jeunes enfants peuvent être plus susceptibles de transmettre le SARS-CoV-2 que les adolescents


    Une étude récente a comparé la probabilité que des enfants de différents groupes d'âge transmettent le SRAS-CoV-2 aux membres du ménage. L'étude a rapporté que les enfants de moins de 4 ans étaient plus susceptibles de transmettre le virus à leurs parents et frères et sœurs que les adolescents âgés de 14 à 17 ans.

    Lire MNT's couverture de l'étude ici.



    )


    25/08/2021 13:20 GMT



    Protection contre COVID-19 en double piqûre peut s'estomper après 5-6 mois


    Une étude dans le monde réel a observé que la protection offerte par les vaccins contre le COVID-19 commence à s'affaiblir à 5-6 mois , dans une autre conclusion qui pourrait renforcer les appels à un programme de rappel à l'automne ou à l'hiver.

    Les chercheurs ont analysé les résultats positifs du test PCR COVID-19 de plus de 1,2 million de personnes qui avaient reçu ed deux doses des vaccins Pfizer-BioNTech ou Oxford-AstraZeneca

    Ils ont constaté que la protection contre l'infection chez les personnes à double piqûre avec Pfizer a diminué de 88 % un mois après la vaccination à 74 % à cinq à six mois. Pendant ce temps, pour AstraZeneca, le niveau de protection est passé de 77% à 67% quatre à cinq mois après la vaccination. Le professeur Tim Spector, scientifique principal de l'étude COVID de ZOE, a déclaré: « Un scénario raisonnable du pire des cas pourrait voir une protection inférieure à 50% pour les personnes âgées et travailleurs de la santé d'ici l'hiver. Avec des niveaux élevés d'infection au Royaume-Uni, entraînés par un assouplissement des restrictions sociales et une maladie hautement transmissible variante, ce scénario pourrait entraîner une augmentation des hospitalisations et des décès. Cependant, les experts disent que ce déclin est une attente naturelle. Ils réitèrent que bien qu'ils aient observé des cas d'infection dans la population vaccinée, les vaccins actuels protègent de manière significative contre les maladies graves, l'hospitalisation et la mort. Le Royaume-Uni pourrait commencer à offrir à certaines personnes une troisième dose du vaccin en septembre dans le cadre d'un programme de rappel à l'échelle nationale. Récemment, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont également annoncé que les personnes immunodéprimées recevraient leur troisième dose de vaccins à partir du mois prochain.Rendez-vous ici pour un MNT fonctionnalité sur les boosters et la variante Delta.




    25/08/2021 13:05 GMT






    Est-il sûr d'avoir un vaccin COVID-19 pendant la grossesse?


    Les vaccins COVID-19 restent le moyen le plus sûr et le plus efficace de protéger les femmes enceintes et leurs bébés contre le SRAS-CoV-2 infections et complications, indique la recherche en cours.

    Sur la base des données de 17 525 participants aux États-Unis, l'une des plus grandes études du genre ont analysé les effets du vaccin COVID-19 sur les personnes enceintes, allaitantes ou prévoyant de tomber enceintes. La plupart avaient reçu soit les vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna. L'étude a conclu que les vaccins COVID-19 sont bien tolérés par chaque groupe. Les premiers résultats ont été publiés dans


    Réseau JAMA ouvert.

    Cette recherche confirme ce que les autorités sanitaires, telles que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), ont souligné – que les avantages de t Le vaccin COVID-19 l'emporte sur les risques pour les femmes enceintes et allaitantes.

    En savoir plus sur l'étude ici.




      24/08/2021 14:30 GMT —



      Les écoles auront besoin de plus que frais de l'air pour arrêter le COVID-19: étude du MIT



      Une nouvelle étude, parue dans la revue Bâtiment et environnement, conclut que l'ouverture des fenêtres dans une salle de classe pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus peut donner un faux sentiment de sécurité. La mesure, à elle seule, ne suffit pas à protéger contre la propagation du virus.

      L'étude, impliquant des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT), a simulé deux types de ventilation dans une salle de classe – des diffuseurs de plafond et des fenêtres ouvertes – et a appliqué la dynamique des fluides computationnelle à explorez les différents effets des deux systèmes.

      Les résultats ont conclu que la clé pour réduire la transmission est de limiter le flux d'air horizontal au niveau de la respiration. Par conséquent, le port de masques à l'intérieur est crucial, alors qu'il est peu probable que le simple fait d'ouvrir les fenêtres soit suffisant pour arrêter la propagation du virus. Pour réduire l'exposition au SRAS-CoV-2 à l'intérieur, soulignent les auteurs, il est crucial d'espacer les sièges conformément aux directives, de porter des masques et de garder les fenêtres ouvertes.

      Les chercheurs notent également qu'en plus des fenêtres, les salles de classe auraient idéalement des diffuseurs de plafond et des systèmes de filtration efficaces pour aider à prévenir Transmission du SRAS-CoV-2.


      Lire le MNT


        article ici.



        08 /24/2021 14:22 GMT —


        Le premier vaccin à ADN au monde approuvé en Inde


        L'Inde a approuvé le premier vaccin à ADN au monde contre le COVID-19, appelé ZyCoV-D. La société indienne Zydus Cadila produit le vaccin et affirme qu'il a 66% d'efficacité contre le SRAS-CoV-2. Selon le producteur, les données d'efficacité proviennent d'un grand essai comprenant 28 000 participants dans plus de 50 centres, dont 1 000 jeunes entre 12 et 18 ans. Cependant, la société n'a pas encore rendu ces données publiques.Pour en savoir plus, rendez-vous ici.





        23/08/2021 16:22 GMT — La FDA approuve le premier vaccin COVID-19

        Plus tôt aujourd'hui, la Food and Drug Administration (FDA) approuvé le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 pour les personnes de 16 ans et plus. Cependant, il sera toujours disponible pour une utilisation dans le cadre d'une autorisation d'utilisation d'urgence pour les enfants âgés de 12 à 15 ans. Le vaccin sera désormais commercialisé sous le nom de « Comirnaty ».

        En savoir plus ici.

        23/08/2021 15:07 GMT — COVID-19 : Une étude multinationale étudie 3 nouveaux traitements


        L'Organisation mondiale de la santé (OMS) L'essai de solidarité a testé quatre traitements COVID-19 potentiels en 2020. Après avoir déterminé qu'aucun n'était efficace, les chercheurs ont suspendu l'essai. Maintenant, l'étude redémarre et examine trois nouveaux traitements. Jusqu'à 50 pays sont attendus.

        En savoir plus ici.


          23/08/2021 10:27 GMT — L'épidémie de peste porcine africaine a peut-être rendu le COVID-19 plus probable


          Plusieurs études indiquent que COVID -19 est une maladie zoonotique, transmise des animaux aux humains. Un article récent soutient cette théorie et examine également si la peste porcine africaine pourrait avoir joué un rôle dans l'événement de débordement qui a conduit à la pandémie de COVID-19.

          En savoir plus ici.




          23/08/2021 10:25 GMT — L'UE est lente, inefficace et entravée par bureaucratie au début de la réponse COVID-19


          Une étude récente, parue dans Frontiers in Public Health, a examiné la réponse de l'Union européenne à la pandémie. Les auteurs concluent que même si des mécanismes étaient en place pour faire face aux épidémies de maladies infectieuses, la mise en œuvre était lente, inefficace et entravée par la bureaucratie.En savoir plus ici.




          20/08/2021 12:41 GMT — COVID-19 : Syndrome inflammatoire rare chez les enfants examinés en nouvelle étude


          Des chercheurs ont récemment étudié la cause d'un syndrome inflammatoire rare mais sévère chez les enfants suite à une infection par le SRAS-CoV-2. Ils ont montré qu'il y avait des niveaux inférieurs de certaines cellules du système immunitaire chez ces enfants. Les résultats peuvent fournir aux scientifiques une nouvelle voie vers le traitement de ce syndrome.En savoir plus sur l'étude ici.


          20/08/2021 10h50 GMT — Variante delta du SRAS-CoV-2 : les rappels de vaccins peuvent-ils arrêter sa propagation ?

          La variante Delta du SARS-CoV-2 est plus transmissible que les variantes préexistantes, et elle est rapidement devenue la variante dominante dans plusieurs pays. Certains rapports suggèrent que les vaccins COVID-19 existants pourraient être moins efficaces pour prévenir l'infection par Delta. Dans une fonctionnalité, MNT demande si les injections de rappel pourraient aider.Lisez la fonctionnalité ici.
        • )


          19/08/2021 15:59 GMT — Le Japon enregistre le nombre record quotidien d'infections au SRAS-CoV-2

          ) Selon le ministère japonais de la Santé, le pays a enregistré aujourd'hui plus de 25 000 infections au SRAS-CoV-2. C'est le décompte le plus élevé du pays à ce jour. Les experts pensent que le chiffre réel est susceptible d'être beaucoup plus élevé, car les tests au Japon ne sont pas répandus.

          Trouvez plus de mises à jour en direct ici.




            19/08/2021 09:40 GMT — Manifestations en Lettonie contre la vaccination obligatoire

          Mercredi soir, des milliers de manifestants protestant contre la vaccination obligatoire contre le COVID-19 sont descendus dans les rues de la capitale lettone, Riga. Selon le Baltic News Network, les gens n'observaient pas les règles de distanciation physique ou ne portaient pas de masques.


          19/08/2021 09:26 GMT — COVID-19: moins de décès dans les États américains avec des contrôles plus stricts


          Une étude récente trouve une corrélation claire entre des interventions étatiques plus fortes pour contrôler la propagation du COVID-19 et moins de décès dus à la maladie. Cependant, étant voisins avec un État qui imposait des interventions plus faibles avait tendance à annuler les avantages de mesures de contrôle strictes. En savoir plus sur l'étude ici.


      • 18/08/2021 12:30 GMT —


        Sydney pauses tous les jours COVID-19 enregistre alors que la Nouvelle-Zélande se verrouille sur un cas


        Les rues des villes australiennes Sydney, Canberra et Melbourne et la Nouvelle-Zélande dans son ensemble sont en grande partie désertes, car les deux pays ont émis les commandes de séjour à domicile et les blocages pour contenir la propagation de la variante Delta. La Nouvelle-Zélande est en confinement national de 3 jours depuis mardi, après la découverte d'un cas de COVID-19 à Auckland. Les autorités soupçonnaient qu'il s'agissait de la variante Delta hautement contagieuse et ont imposé le premier verrouillage en 6 mois.

        Mercredi, le nombre de cas de COVID-19 dans le pays est passé à 10. Le cas initial était lié à une épidémie dans l'État australien de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW) , bien que la façon dont il est entré dans la communauté reste inconnue. La modélisation suggérant une augmentation potentielle de 50 à 100 nouvelles infections, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a déclaré : « D'après l'expérience de ce que nous avons vu à l'étranger, nous anticipons absolument plus de cas. »

        De l'autre côté de la mer de Tasman en Australie, le Delta variante de l'épidémie à Sydney a continué à battre de nouveaux records quotidiens.Malgré le confinement depuis près de 2 mois, NSW, dont la capitale est Sydney, a vu 633 nouveaux cas mercredi, contre 478 lundi. Depuis le 16 juin, date à laquelle le premier cas Delta a été confirmé à Sydney, 60 personnes sont décédées.

        Mercredi, l'État de Victoria a également signalé 24 nouveaux cas de COVID-19. Les progrès de la vaccination ont été décevants et lents dans les deux pays. De la population de la Nouvelle-Zélande, qui s'élève actuellement à 5 millions, seulement environ 21% ont été vaccinés. Et en Australie, seulement un quart de la population adulte a été complètement vacciné jusqu'à présent.

        Bien que les deux pays aient, pour la plupart, évité les grandes épidémies et maintiennent les cas et les décès à un faible niveau grâce à des mesures et des blocages stricts, la variante Delta montre l'importance d'accélérer la déploiement du vaccin.En savoir plus à propos de la stratégie COVID-19 de l'Australie ici.


        18/08/2021 12:10 GMT —


        Les États-Unis devraient recommander le 3e rappel de COVID-19 pour tous les Américains avant l'hiver


        À la lumière de nouvelles données des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) indiquant une efficacité décroissante des vaccins COVID-19 au fil du temps, les États-Unis chercheraient à administrer des injections de rappel à la plupart de leur population.

      • Si les autorités approuvent, les habitants du pays recevront une troisième injection 8 mois après leur deuxième dose des vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna. Le plan n'inclut pas le vaccin à dose unique Johnson & Johnson pour le moment. Les données, qui ont montré que l'immunité fournie par les vaccins diminuait plus rapidement que prévu au milieu d'une augmentation des cas alimentés par la variante Delta plus contagieuse, devraient être rendues publiques plus tard cette semaine.La décision survient après que la Food and Drug Administration (FDA) a autorisé la distribution de troisièmes injections de rappel des vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli, telles que les personnes atteintes de cancer ou les personnes ayant reçu des greffes d'organes. Une annonce officielle du nouveau plan de relance est attendue à venir dans les prochains jours, selon deux sources anonymes qui ont parlé à l'Associated Press.

        Pour que le plan aille de l'avant, la FDA doit d'abord approuver formellement les vaccins COVID-19, ce qui h sont sous autorisation d'utilisation d'urgence. Des rapports suggèrent que l'approbation complète viendra probablement en septembre. Après cela, le CDC émettra une recommandation formelle pour les boosters.

        En savoir plus sur les boosters ici.



        17/08/2021 15:18 GMT — Le Royaume-Uni approuve le vaccin Moderna COVID-19 pour les 12-17 ans


        L'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) au Royaume-Uni a approuvé l'utilisation du Moderna COVID -19 vaccin – également appelé Spikevax – chez les personnes âgées de 12 à 17 ans. En savoir plus sur cette histoire dans notre article sur les mises à jour des vaccins en direct.


        17/08/2021 12:31 GMT — Un médicament facilement disponible peut aider à lutter contre le COVID-19


        Des études en laboratoire indiquent qu'un médicament générique bon marché réduit l'infection par le SRAS-CoV-2 dans les cellules humaines jusqu'à 70 %. Le médicament, appelé fénofibrate, régule les taux de cholestérol mais déstabilise également la protéine de pointe sur le SRAS-CoV-2 et inhibe la liaison aux cellules humaines.En savoir plus sur la recherche ici.




        17/08/2021 12h30 GMT – Possède la variante Delta du SRAS-CoV -2 a rendu l'immunité collective impossible ?


        Les scientifiques espéraient qu'après la vaccination, les populations développeraient une immunité collective contre le SRAS-CoV-2, réduisant ainsi le risque d'infection, même pour les personnes sans anticorps contre le virus.Cependant, le Le chef de l'Oxford Vaccine Group, le professeur Andrew Pollard, a déclaré que l'immunité collective n'était « pas une possibilité », étant donné la transmissibilité accrue de la variante Delta.

        En savoir plus ici.



        16/08/2021 15:20 GMT —



          Les hospitalisations d'enfants COVID-19 atteignent des niveaux record aux États-Unis au milieu de la vague de variantes Delta


          Comme la variante Delta se propage rapidement aux États-Unis, le nombre d'enfants atteints de COVID-19 a atteint un niveau record, approchant de près les 2 000 cas.

          La variante a provoqué un pic de cas, en particulier parmi les non vaccinés, qui, malheureusement, comprend également les enfants. Cela s'est traduit par samedi marquant le pic des hospitalisations pédiatriques à 1 902, selon les données du département américain de la Santé et des Services sociaux. Parmi les personnes hospitalisées à l'échelle nationale en raison de COVID-19, les enfants représentent désormais 2,4%.« Ce n'est pas le COVID de l'année dernière. Celui-ci est pire et nos enfants sont ceux qui en seront le plus touchés », a déclaré samedi à CNN Sally Goza, ancienne présidente de l'American Academy of Pediatrics. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), cette semaine a été également l'un des records pour les patients hospitalisés COVID-19 âgés de 18 à 49 ans.

          Au 14 août 2021, les États-Unis comptaient en moyenne 129 000 cas quotidiens au cours des 7 derniers jours, selon les données de l'Université Johns Hopkins. Le sud du pays, en particulier, est aux prises avec de nouveaux clusters et déborde unités de soins intensifs alors que les écoles rouvrent lentement pour la nouvelle année scolaire. Les états de l'Arkansas, de la Floride, de la Louisiane, du Mississippi et de l'Oregon ont été particulièrement touchés.

          Bien que les gouverneurs des États interdisent aux écoles d'imposer des mandats de masque, les districts scolaires de Floride, du Texas et de l'Arizona exigent désormais que les gens portent des masques dans les écoles pour arrêter les épidémies et les perturbations de l'éducation. Ces récentes poussées ont commencé pour changer ce que les experts pensaient initialement du coronavirus et des enfants : qu'ils pourraient contracter l'infection mais qu'ils ne tomberaient probablement pas gravement malades. L'augmentation des hospitalisations semble toutefois différer. La variante Delta et les taux de vaccination sont à blâmer, disent les experts.En attendant, les autorités américaines exhortent toutes les personnes éligibles à se faire vacciner contre le COVID-19 afin de protéger les personnes vulnérables. Aucun vaccin COVID-19 n'a encore été approuvé pour les enfants de moins de 12 ans.En savoir plus sur les symptômes du COVID-19 chez les enfants ici.



          16/08/2021 12:55 GMT —


          L'éradication mondiale du COVID-19 reste possible


          Un nouvel article publié dans BMJ Global Health fait valoir qu'il est possible d'éradiquer le COVID-19. Le document examine les moyens par lesquels d'autres maladies virales – à savoir la variole et la poliomyélite – ont été éradiquées et suggère certaines voies qui pourraient aider à mettre fin à la propagation du SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19. Ses auteurs définissent «l'éradication ” comme la |réduction permanente à zéro de l'incidence mondiale de i ninfection causée par un agent spécifique à la suite d'efforts délibérés; les mesures d'intervention ne sont plus nécessaires. »

          Lire l'histoire en entier ici.

          16/08/2021 12:52 GMT —


          Nombre record de nouveaux cas de COVID-19 à Sydney, en tant que troupes envoyées pour faire respecter la huitième semaine de verrouillage


          Les autorités ont envoyé 200 soldats pour appliquer des restrictions strictes à Sydney, Australie , alors que la plus grande ville du pays entre dans sa huitième semaine consécutive de verrouillage.

          Ces nouvelles mesures interviennent alors que Sydney a enregistré son plus grand nombre de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 à ce jour le lundi 16 août.

          La situation est tout aussi préoccupante dans d'autres villes australiennes, comme Melbourne, où les restrictions actuelles incluent un couvre-feu nocturne et un verrouillage prolongé, rapporte Reuters. « De façon inquiétante, nous avons vu 478 cas acquis localement de [COVID-19] aux 24 heures à 20 heures hier soir . Trop de personnes sont contagieuses dans la communauté, et il est essentiel que nous prenions tous conscience et participions aux actions que nous devons entreprendre », a déclaré le Dr Cherry Cant, responsable de la santé en Nouvelle-Galles du Sud, lors d'une conférence de presse.


            ) 16/08/2021 12h10 GMT — Combien de temps les anticorps SARS-CoV-2 persistent-ils après l'infection ?


            Un nouveau étudier étudie combien de temps les anticorps du SRAS-CoV-2 restent dans le corps et si une infection passée par un coronavirus qui cause le rhume pourrait éventuellement aider contre le COVID-19. Peut-être que ce dernier pourrait expliquer, en partie, les divers degrés de sensibilité de la population contre la maladie, les chercheurs émettent l'hypothèse.

            Une équipe de scientifiques de Barcelone a découvert que les anticorps peuvent rester stables pendant au moins 7 mois après l'infection et que les niveaux de certains anticorps neutralisants ont augmenté au cours de cette période . De plus, ils ont découvert que les anticorps contre les coronavirus qui causent le rhume pourraient également offrir une protection contre le COVID-19 léger ou asymptomatique dans certaines populations.Cependant, les chercheurs n'ont pas pu déterminer de tels effets protecteurs contre le COVID-19 sévère.En savoir plus sur


            La couverture de MNT ici.



              13/08/2021 15 :5 6 GMT —



              1 personne sur 75 a eu un coronavirus la semaine dernière, selon le bureau des statistiques du Royaume-Uni


              Les données de l'Office for National Statistics (ONS) ont montré vendredi que la prévalence du COVID-19 au Royaume-Uni a plafonné et qu'environ 1 personne sur 75 a eu la maladie dans la semaine se terminant le 6 août. Le pays a enregistré une augmentation des cas à la mi-juillet, qui a vu près de 48 000 nouvelles infections dues à la variante Delta. Cependant, le nombre de personnes testées positives pour le SRAS-CoV-2 pourrait être en baisse, selon les données de modélisation.

              Les statistiques de l'ONS indiquent que la semaine du 24 juillet a été le pic de cas positifs et qu'environ 1 personne sur 65 a été infectée.

              Cependant, la prévalence varie géographiquement au sein de la Royaume-Uni Par exemple, le Pays de Galles avait la prévalence la plus faible, à environ 1 personne sur 230, suivi de l'Écosse, à environ 1 personne sur 120. En comparaison, l'Irlande du Nord avait la prévalence la plus élevée, avec 1 personne sur 55 testée positive, et l'Angleterre n'était pas loin, avec 1 en 75 personnes.A part d'Irlande du Nord, le nombre de cas a semblé diminuer au cours de la semaine se terminant le 31 juillet, soutenant les données de vaccination.

              Environ 88-92% des personnes âgées de 18 ans et plus dans le pays ont reçu au une dose d'un vaccin COVID-19.

              Lire la suite de MNT
              de la couverture de la situation au Royaume-Uni ici.



              13/08/2021 13:26 GMT —


              La FDA autorise


              troisième dose de rappel des vaccins Pfizer et Moderna COVID-19


              Aujourd'hui, la Food and Drug Administration (FDA) a autorisé la distribution de troisièmes injections de rappel du Pfizer-BioNTech et les vaccins Moderna COVID-19 pour les personnes immunodéprimées. « Après un examen approfondi des données disponibles, la FDA a déterminé que ce petit groupe vulnérable pourrait bénéficier d'une troisième dose des vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna », Dr Janet Woodcock, agente par intérim de la FDA commissaire, tweeté hier. Dans un tweet ultérieur, elle a également noté que « [o] les autres qui sont complètement vaccinés sont correctement protégés [and] n'ont pas besoin d'une dose supplémentaire de [COVID-19] vaccin pour le moment. »

              « La FDA est activement engagée dans une science- basé sur un processus rigoureux avec nos partenaires fédéraux pour déterminer si une dose supplémentaire pourrait être nécessaire à l'avenir », a-t-elle ajouté.



              12/08/2021 13:23 GMT — Il est sécuritaire de se faire vacciner contre le COVID-19 pendant la grossesse, les directives mises à jour du CDC disent Les Centers for Disease Control (CDC) et la prévention ont déclaré qu'il est sans danger pour les femmes enceintes de recevoir le vaccin COVID-19, réfutant les fausses allégations selon lesquelles les injections provoquent l'infertilité ou des fausses couches

              Les guide mis à jour ) est intervenu mercredi après qu'une analyse de nouvelles données d'innocuité sur 2 500 femmes a révélé que celles qui avaient reçu au moins une dose de vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna) avant 20 semaines de grossesse n'avaient pas de risque accru de fausse couche.

              « Le CDC encourage toutes les personnes enceintes ou les personnes qui envisagent de devenir enceintes et celles qui allaitent se faire vacciner pour se protéger du COVID-19 », a déclaré la directrice du CDC, le Dr Rochelle Walensky.« Les vaccins sont sûrs et efficaces, et il n'a jamais été aussi urgent d'augmenter vaccinations alors que nous sommes confrontés au Delta vari hautement transmissible fourmi et voir des résultats graves de COVID-19 chez les personnes enceintes non vaccinées. Les États-Unis sont actuellement aux prises avec une augmentation des cas de COVID-19 en raison de la variante Delta hautement infectieuse. Les hôpitaux ont également observé une forte augmentation du nombre de femmes enceintes qui contractent la maladie au cours des dernières semaines.

              Le CDC répertorie le diabète, l'obésité et la grossesse comme des conditions qui augmentent le risque pour une personne de devenir plus gravement malade à cause de COVID-19. Les personnes enceintes sont également plus susceptibles de souffrir de complications, telles que des fausses couches et des mortinaissances, si elles contractent l'infection.Selon les données du CDC, seulement environ 23% des personnes enceintes ont reçu ne serait-ce qu'une seule dose des vaccins COVID-19 actuellement disponibles.Il n'y a aucune preuve que des vaccins, y compris COVID- 19 vaccins, entraînent des problèmes de fertilité chez les femmes ou les hommes.En savoir plus sur la façon dont le coronavirus affecte les femmes enceintes et leurs bébés ici.




                08/12/2021 10:10 GMT — Un test de salive à faible coût pourrait détecter la variante Delta


                Les scientifiques ont créé un test qui pourrait améliorer le suivi et le traitement du COVID-19 à travers le monde.

                Qu'est-ce qui fait que test de diagnostic si prometteur – et peut-être révolutionnaire – est qu'il est peu coûteux, produit des résultats en aussi peu que 55 minutes et peut déterminer quelle variante du SRAS-CoV-2 possède une personne. Les seules choses dont le test a besoin sont un échantillon de salive et l'application pour smartphone pour interpréter les résultats.

                Bien que des tests à domicile pour COVID-19 existent, l'auto-collecte et l'envoi d'échantillons et l'attente de plusieurs jours le rendent gênant pour la vie moderne. Ces tests ne peuvent pas non plus détecter différentes variantes.

                En savoir plus sur ce test ici.

                11/08/2021 14:02 GMT Plus de blocages alors que l'Asie du Sud-Est se bat contre une vague de cas de COVID-19


              • De nombreux pays d'Asie du Sud-Est ont vu leur taux de mortalité et le nombre de cas du COVID-19 monter en flèche depuis juillet 2021.Même les pays qui avaient réussi à contenir les épidémies et à maintenir le nombre de cas bas jusqu'à présent, comme le Vietnam et la Thaïlande, ont récemment connu des poussées. Cela a entraîné une réapplication des mesures de verrouillage.

                Bien que les pays occidentaux, y compris les États-Unis et le Royaume-Uni, aient également vu le nombre de cas monter en flèche au cours de l'été en raison de la variante Delta hautement contagieuse, les taux de mortalité y restent inférieurs à ceux de l'Asie du Sud-Est. [o] Les experts attribuent cette hausse dans la région à une autre facteur : vaccins. L'hésitation des vaccins et la distribution inefficace, disent-ils, sont les principaux défis.

                L'Indonésie et la Malaisie, par exemple, ont enregistré les taux de mortalité les plus élevés par million de personnes en juillet. Les deux pays ont respectivement un taux de vaccination inférieur à 10 % et 30 %.Pour en savoir plus sur la dernière situation en Asie du Sud-Est, rendez-vous ici.




                08/10/2021 11:58 GMT

              • COVID-19 en Angleterre: l'augmentation des infections alors que la variante Delta s'installe

                Une nouvelle étude actuellement partagée en tant que prépublication — ce qui signifie qu'elle n'a pas encore fait l'objet d'un examen par les pairs — partage le données obtenues à partir du cycle le plus récent de l'étude Évaluation en temps réel de la transmission communautaire 1 (REACT-1).

                REACT-1, qui surveille les cas de COVID-19 en Angleterre, montre que la variante Delta du SARS-CoV-2 est devenue la variante dominante en Angleterre .Les données suggèrent également que les jeunes un âgés de 13 à 24 ans sont les plus touchés par les infections par cette variante.

                Lire l'histoire en entier ici.





                08/09/2021 12:45 GMT —


                L'Australie étend le verrouillage au milieu de la propagation continue du SRAS-CoV-2


                  Le lundi 9 août, les autorités australiennes ont décidé d'étendre le COVID- existant. 19 lockdown à Tamworth, une ville au nord-ouest de Sydney, et à Byron Bay, une zone touristique au nord de la capitale.

                  Les blocages dureront 1 semaine, et ils surviennent au milieu des inquiétudes concernant la propagation continue du SRAS-CoV-2, le virus qui cause COVID-19 .Bien qu'il y ait actuellement aucun cas de COVID-19 dans aucun de ces endroits, les autorités ont déclaré qu'elles plaçaient Tamworth et Byron Bay en détention « en tant que pr ecaution » parce que deux personnes infectées par le SRAS-CoV-2 ont défié les restrictions et se sont rendues dans la région, rapporte Reuters.



                  08/09/2021 12:25 GMT —


                  L'agence de santé britannique avertit que les vaccins COVID-19 pourraient ne pas être en mesure d'empêcher la propagation de la variante Delta

                  ) De nouvelles données collectées par Public Health England (PHE) suggèrent que même les personnes qui ont reçu des vaccins COVID-19 complets peuvent toujours être en mesure de transmettre la variante Delta du SRAS-CoV-2, selon Reuters. Bien qu'il y ait des indications que les vaccins COVID-19 autorisés peuvent empêcher le COVID-19 grave résultant d'une infection par la variante Delta, ils pourraient ne pas être en mesure d'arrêter la transmission, a déclaré PHE.

                  Reuters cite une déclaration de PHE notant que « [s] certains premiers f les chiffres […] indiquent que les niveaux de virus chez ceux qui sont infectés par Delta ayant déjà été vaccinés peuvent être similaires aux niveaux trouvés chez les personnes non vaccinées. «Cela peut avoir des implications sur l'infectiosité des personnes, qu'elles aient été vaccinées ou non. Cependant, il s'agit d'une analyse exploratoire précoce et d'autres études ciblées sont nécessaires pour confirmer si tel est le cas », aurait également déclaré PHE.




                  08/09/2021 11:11 GMT – L'épidémie du Massachusetts démontre la transmissibilité de la variante Delta

                  Le nouveau rapport

                  sur la transmissibilité de la variante Delta du SRAS-CoV-2 est basée sur les données du Massachusetts Department of Public Health, qui a analysé l'émergence de nouveaux cas de COVID-19 dans le Massachusetts en juillet. Le mois dernier, des milliers de personnes de cet État ont célébré la semaine de l'indépendance, puis la semaine de l'ours à Provincetown, dans le comté de Barnstable. Au terme des 2 semaines de célébrations, les autorités ont constaté que la moyenne quotidienne des nouvelles Les cas de COVID-19 avaient explosé.

                  D'une moyenne quotidienne de 0 cas de COVID-19 pour 100 000 habitants du comté au cours des 14 jours précédant les deux événements, les nouveaux cas sont passés à une moyenne de 177 cas quotidiens pour 100 000 habitants à la fin des célébrations.

                  Près des trois quarts du nouveau COVID -19 cas sont survenus chez des personnes complètement vaccinées, selon les autorités, et la plupart des cas étaient dus à des infections par la variante Delta du virus.

                  Lire l'histoire en entier ici.



                  08/05/2021 09:32 GMT — Les États-Unis vont bientôt exiger l'étranger visiteurs de montrer une preuve de vaccination COVID-19


                  L'administration des États-Unis sous le président Joe Biden travaille sur un plan pour exiger que la plupart des visiteurs étrangers aux États-Unis montrent p toit de la vaccination complète contre le COVID-19 comme condition d'entrée dans le pays.

                  Selon un responsable de la Maison Blanche, le nouveau plan comprendra « une approche progressive qui, au fil du temps, signifiera, à quelques exceptions près, que les ressortissants étrangers se rendant au [U.S.] (de tous les pays) doivent être complètement vaccinés. Il s'agit de rouvrir le pays aux voyages et de stimuler l'économie, qui a été touchée par les restrictions liées à la pandémie.




                  08/05/2021 09:15 GMT — Reuters signale un record de cas de COVID-19 sur 6 mois aux États-Unis



                  Selon l'agence de presse Reuters, les États-Unis ont atteint un sommet de 6 mois cette semaine en termes de nouveaux cas de COVID-19.

                  L'agence rapporte qu'il y avait plus de 100 000 nouveaux cas de COVID-19 rien que mercredi, avec près de 95 000 nouveaux cas sur une moyenne de 7 jours. Il s'agit d'une multiplication par cinq du nombre de nouveaux cas survenus en moins d'un mois, note Reuters. Cette augmentation est due à la propagation de la variante Delta du SRAS-CoV-2 dans les régions des États-Unis où l'utilisation des vaccins COVID-19 est faible.

                  « Les personnes qui ne se font pas vacciner pensent à tort qu'il ne s'agit que d'elles », a commenté le Dr Anthony Fauci, directeur de la National Institute of Allergy and Infectious Diseases, dans une interview pour McClatchy. « Mais ce n'est pas le cas », a-t-il ajouté.«C'est aussi pour tout le monde.»




                  08/04/2021 14:13 GMT — De nouveaux pays rejoignent la liste des nations administrant des vaccins de rappel pour COVID-19

                  Lundi, l'Allemagne est devenue le dernier pays à proposer des injections de rappel pour COVID-19 à une partie de sa population. Dans le plus grand programme de rappel dans le monde, le pays dit maintenant qu'à partir de septembre, il offrira des troisièmes doses du vaccin Pfizer-BioNTech aux personnes âgées, aux personnes dont le système immunitaire est affaibli et à toute personne ayant reçu un régime complet d'Oxford-AstraZeneca (deux doses) ou Vaccins Johnson & Johnson (une dose). Le troisième groupe de personnes a été inclus dans les plans par crainte que ces injections ne soient pas aussi protectrices que les vaccins à ARNm.

                  Cette semaine, Israël a également officiellement commencé à administrer une troisième dose du vaccin Pfizer aux personnes de plus de 60 ans. Son plan est de vacciner 1 million de personnes avec des rappels d'ici la fin août.En septembre, la France offrira également des rappels à 1,7 million de personnes vivant dans des maisons de soins, aux personnes de plus de 75 ans et à celles dont les problèmes de santé les rendent cliniquement vulnérables au COVID-19. Le gouvernement britannique a également a exprimé son intention d'administrer des rappels aux groupes les plus vulnérables à partir de septembre et a appelé le personnel du National Health Service (NHS) à se préparer. Certains pays, comme Bahreïn et les Émirats arabes unis (EAU), offrent désormais une dose supplémentaire du vaccin Pfizer à toute personne qui a reçu le vaccin Sinopharm pour des raisons d'efficacité.

                  Pendant ce temps, la Turquie a également commencé à administrer une troisième dose de Pfizer aux travailleurs de la santé, aux personnes âgées et aux personnes ayant reçu deux doses du vaccin Sinovac. iné. L'Indonésie a également offert le vaccin Moderna aux personnes dans la même situation.

                  Jusqu'à présent, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) n'ont pas émis de recommandations pour un rappel.

                  Lire MNTLa couverture de sur les rappels de vaccin COVID-19 ici.



                  08/04/2021 11:15 GMT — La FDA prévoit d'approuver le vaccin Pfizer COVID-19 d'ici début septembre

                  La Food and Drug Administration (FDA) prévoit d'approuver pleinement le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 d'ici le 6 septembre, selon des rapports. La FDA a déclaré que la fête du Travail était sa «date limite non officielle» mais qu'il pourrait également donner le feu vert « plus tôt ». Il a également déclaré que l'approbation complète était l'une de ses plus hautes priorités. Le président américain Joe Biden a exprimé le même sentiment la semaine dernière, affirmant qu'il s'attendait à ce que la FDA prenne la décision au début de l'automne.

                  Le vaccin Pfizer a été le premier à recevoir une autorisation d'utilisation d'urgence de la FDA en décembre 2020. Actuellement, toute personne âgée de plus de 12 ans ans est admissible au vaccin.


                  Les experts disent qu'une approbation complète pourrait apaiser les inquiétudes des Américains concernant la sécurité du vaccin et encourager davantage à se faire vacciner alors que le pays connaît une augmentation des cas alimentés par la variante Delta hautement contagieuse. Plus de 83% des infections aux États-Unis sont attribuées à la variante Delta, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).En savoir plus sur l'efficacité du vaccin contre la variante Delta ici.



                  08/03/2021 10:06 GMT —


                  Les directives mises à jour du CDC demandent aux personnes entièrement vaccinées de porter des masques à l'intérieur, à la suite de nouvelles données sur l'infectiosité du delta une varianteNouvelles données publiées par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) dans leur Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité


                  indiquent que la variante Delta du SRAS-CoV-2 entraîne des charges virales tout aussi élevées dans les deux complètement vaccinés et un personnes vaccinées.Cela suggère que cette variante virale est hautement transmissible et que les personnes vaccinées pourraient involontairement transmettre davantage la variante Delta, si elles développent l'infection.

                  Pour cette raison, le vendredi 27 juillet, le CDC également mis à jour la sécurité des lignes directrices pour les personnes ayant reçu une vaccination complète contre le COVID-19 de leur demander de porter des masques « dans les lieux publics intérieurs dans les zones de transmission importante et élevée.



                  08/03/2021 10: 00 GMT —



                  COVID-19 sévère : le nez pourrait-il être la clé de la prévention ?



                  Une nouvelle étude du Massachusetts Institut de Te chnology, l'Université Harvard et d'autres instituts de recherche basés aux États-Unis ont récemment examiné de plus près les mécanismes biologiques de l'infection par le SRAS-CoV-2 au niveau cellulaire.La recherche — à paraître dans Cellule – axée spécifiquement sur le SRAS-CoV- Effet 2 sur les cellules épithéliales, qui forment le tissu tapissant la couche externe des organes, des vaisseaux sanguins et d'autres parties du corps. Selon les enquêteurs, se concentrer sur des interventions thérapeutiques précoces impliquant de telles cellules dans le nez et la gorge peut aider à prévenir le développement d'un COVID-19 sévère , la maladie causée par le SRAS-CoV-2.Lire l'histoire en entier ici.


                  08/03/2021 09:32 GMT — Dysfonctionnement cognitif lié au COVI J-19



                  Selon des recherches récentes présentées lors de la conférence internationale 2021 de l'Association Alzheimer, le COVID-19 est parfois liés à des problèmes cognitifs à long terme, y compris certains marqueurs potentiels de la maladie d'Alzheimer. « Ces nouvelles données indiquent des tendances inquiétantes montrant des infections au COVID-19 entraînant des troubles cognitifs durables et même des symptômes d'Alzheimer », déclare le Dr Heather M. Snyder, vice-présidente des services médicaux et médicaux de l'Alzheimer's Association. relations scientifiques.Lire notre couverture complète de cette recherche ici.


                  08/02/2021 11:46 GMT — Créons-nous des conditions idéales pour les nouvelles variantes de coronavirus ?


                  Pour assouplir les restrictions COVID-19 en cas de grand nombre des individus rem ain non vacciné est risqué. La suppression des restrictions lorsque les enfants et les groupes vulnérables ne sont pas vaccinés peut donner lieu par inadvertance à des variantes plus infectieuses. Les auteurs d'un nouvel article recommandent de maintenir les mesures en place jusqu'à ce que la majorité de la population adulte soit vaccinée.

                  Lire MNT de la couverture du papier ici.




                  08/02/2021 11:18 GMT — La Floride établit un nouveau record COVID-19

                    Samedi, l'État de Floride a enregistré 21 683 nouveaux cas de COVID-19, soit le nombre le plus élevé depuis le début de la pandémie. Et hier, l'État a enregistré 10 207 hospitalisations pour COVID-19 – un autre record. Au cours des 7 derniers jours, la Floride a enregistré en moyenne 1 525 hospitalisations d'adultes chaque jour.

                    )


                    08/02/2021 11:04 GMT — Long COVID: le virus d'Epstein-Barr peut offrir des indices

                    Suite plus de 95% des adultes en bonne santé ont une infection «latente» ou dormante du virus d'Epstein-Barr, un type de virus de l'herpès. Deux très petites études récentes ont suggéré qu'il pourrait y avoir une relation entre la réactivation de l'infection et la gravité du COVID-19 long et du COVID-19.En savoir plus sur la recherche ici.





                    30/07/2021 16:10 GMT —


                    La variante delta pourrait être aussi facilement transmissible que le virus de la varicelle, les données divulguées du CDC semblent indiquer Données divulguées prétendument par les Centers for Disease and Prevention (CDC), qui ont été initialement obtenues par Le Washington Post , semble indiquer que la variante Delta du SRAS-CoV-2 est plus transmissible que la grippe virus ou Ebola et qu'il peut se propager aussi facilement que la varicelle. De plus, cette variante pourrait contourner les vaccinations complètes contre le COVID-19, semble indiquer le document divulgué. Le CDC devrait publier des données officielles sur la transmissibilité de la variante Delta plus tard dans la journée. Cette information vient chaud sur les talons d'un changement dans les directives du CDC mardi de cette semaine, qui demandent désormais aux personnes entièrement vaccinées de continuer à porter un masque «à l'intérieur en public si [they] se trouvent dans une zone de transmission importante ou élevée. »

                    30/07/2021 13:18 GMT —

                      Comment nos rêves ont-ils changé à la fin du confinement lié au COVID-19?



                      Une étude récente menée en Italie a examiné l'impact du verrouillage sur le contenu des rêves et la qualité du sommeil.

                      Ses conclusions — rapportées dans le Journal du sommeil Recherche — indique que les personnes eu des rêves plus riches et plus lucides pendant les périodes de confinement. Cependant, ils ont déclaré avoir plus de rêves après le verrouillage. Les participants ont également signalé avoir éprouvé des troubles du sommeil, des émotions négatives et des cauchemars liés à la pandémie pendant et après le verrouillage. Lisez notre couverture de cette étude ici.





                      30/07/2021 12:47 GMT — Une étude chinoise suggère que la variante Delta du SRAS-CoV-2 est significativement plus infectieuse que les variantes précédentes


                      Une étude récente du Centre provincial de contrôle et de prévention des maladies du Guangdong, de l'Académie chinoise des sciences médicales et du Centre de contrôle et de prévention des maladies de Guangzhou – tous à Guangzhou, Guangdong, Chine – a évalué le premier COVID local Épidémie de -19 due à la variante Delta en Chine.

                      L'analyse – qui a examiné des échantillons de 126 personnes avec COVID-19 confirmé – s'est appuyée sur un séquençage de haute qualité pour en savoir plus sur la variante virale qui avait causé la maladie .Selon l'étude résultats, la variante Delta du SRAS-CoV-2, qui était responsable de toutes les infections, est considérablement plus infectieuse que les variantes précédentes.En fait, le document indique que «les charges virales dans les infections Delta sont

                        1000 fois plus élevé » que ceux que les scientifiques ont observés dans les infections causées par les variantes précédentes du SRAS-CoV-2. La recherche n'a pas encore fait l'objet d'un examen par les pairs, mais ses auteurs ont partagé leurs conclusions en ligne via un service de préimpression.




                        29/07/2021 15:50 GMT — N o risque supplémentaire de caillots sanguins avec la 2e dose du vaccin AstraZeneca COVID-19


                        La deuxième dose du vaccin Oxford/AstraZeneca n'entraîne pas d'augmentation du risque de coagulation sanguine, a

                        nouvelle étude a confirmé.

                        En examinant plus de 49 millions de personnes à travers l'Union européenne, l'Espace économique européen et le Royaume-Uni, l'étude a révélé que la première dose du vaccin à vecteur viral comporte un petit risque supplémentaire de caillots sanguins rares avec un faible nombre de plaquettes. L'étude a également fait écho aux rapports précédents, qui ont constaté que la plupart des incidents de coagulation sanguine se sont produits deux semaines après l'administration de la première dose de vaccin.

                        Après la première dose du vaccin, les estimations ont montré que le risque de thrombose avec syndrome de thrombocytopénie était de 8,1 par million. Après la deuxième dose, le taux est tombé à 2,3 par million, au niveau des personnes non vaccinées, a indiqué la société.


                        Il n'y a « aucun facteur de risque spécifique ou cause définitive » pour les problèmes de coagulation sanguine associés au vaccin, mais les investigations se poursuivront, a-t-il ajouté. Le vaccin a vu son utilisation décliner après les rapports de cette effet secondaire rare fait surface à travers le monde.

                        Les experts espèrent maintenant que la nouvelle étude, publiée cette semaine dans The Lancet, inculquera plus de confiance dans le vaccin AstraZeneca et encouragera les gens à recevoir leur deuxième dose.Pour plus d'informations sur les effets secondaires du vaccin COVID-19, consultez ceci MNT )caractéristique.


                        0 29/07/2021 13:55 GMT — La 3e dose du vaccin Pfizer COVID-19 augmente «fortement» la protection contre la variante Delta


                        Pfizer/BioNTech a déclaré qu'une troisième dose de son COVID Le vaccin -19 peut «fortement» renforcer la protection qu'il offre contre le variant Delta plus infectieux par rapport à son régime standard à deux doses. Dans les essais, la troisième dose a produit cinq fois plus d'anticorps contre la variante Delta chez les personnes âgées de 18 à 55 ans et 11 fois plus d'anticorps chez les personnes âgées de 65 à 85 ans.

                        La troisième dose a également fourni une protection plus élevée contre la souche de coronavirus d'origine et la variante bêta. Le vaccin Pfizer avait montré une protection robuste contre les maladies graves avec le variant bêta, mais une protection légèrement réduite contre les maladies symptomatiques et l'infection avec deux doses. Pfizer a publié les nouvelles données mercredi sur la plateforme de préimpression MedRxiv.Parmi les données d'innocuité et d'efficacité publiées figuraient également des mises à jour sur la fenêtre de protection du vaccin.

                        Pfizer a déclaré que la protection offerte par son COVID Le vaccin -19 peut durer au moins 6 mois, mais il peut s'estomper à cette époque. C'est la conclusion d'une étude israélienne qui a incité l'entreprise à explorer davantage les injections de rappel.

                        À la lumière des données et d'une quatrième vague de COVID-19, le ministère israélien de la Santé a également approuvé des injections de rappel à administrer aux personnes âgées. La décision est intervenue quelques heures après la publication des données.Bien que les données n'aient pas fait l'objet d'un examen par les pairs, les scientifiques l'ont qualifié d'«encourageant».

                        En savoir plus sur les rappels de vaccins dans ce


                        MNT caractéristique.





                        28/07/2021 14:55 GMT — Les yeux pourraient être les fenêtres à long COVID

                        Avec Long COVID estimé affecter 1 personne récupérée sur 10, les chercheurs étudient maintenant de nouvelles façons de déterminer la probabilité qu'une personne développe la maladie. Une nouvelle étude a trouvé un lien entre le long COVID et une partie du corps qui prend souvent du recul lorsqu'il s'agit de COVID-19. Outre des symptômes tels qu'une poitrine serrée, de la toux, des palpitations et des difficultés de concentration, les scientifiques ont examiné les cornées pour repérer les signes d'un long COVID.

                        Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont vérifié une perte de fibres nerveuses et une augmentation des cellules immunitaires dans la cornée par un test ophtalmique. Ils ont constaté que les participants qui ont signalé des symptômes neurologiques à 4 semaines avaient plus de dommages aux fibres nerveuses. Les participants ont également montré une réponse immunitaire continue dans leurs cornées longtemps après qu'ils se soient « remis » de la phase aiguë de la maladie.

                        En savoir plus sur MNT la couverture de l'étude ici.



                        28/07/2021 13:05 GMT — Ville hôte des Jeux olympiques Tokyo enregistre un record quotidien de cas de COVID-19 à 3 177 infections


                        Les Jeux olympiques d'été de 2020 sont en cours dans la capitale japonaise Tokyo au milieu de la pandémie de coronavirus. Cependant, les Jeux, maintenant au jour 6, ont été partiellement éclipsés par le nombre croissant d'infections.

                        Mercredi, le nombre de cas dans la ville dépassait officiellement les 3 000, marquant une première depuis le début de la pandémie. Le décompte de mercredi intervient après que la ville a enregistré un autre record de 2 848 nouvelles infections la veille.Le précédent record journalier était de 2 520 cas le 7 janvier.

                        Depuis le 1er juillet, 169 infections ont été directement liées aux événements en cours, ont déclaré les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo. Les spectateurs ont été bannis de la plupart des sites olympiques.

                        Jusqu'à présent, 33,4 millions de personnes au Japon ont été entièrement vaccinées contre le COVID-19, ce qui représente environ 26,5% de la population.Tokyo est sous le quatrième état d'urgence depuis le 12 juillet. Trois préfectures proches de la ville — Kanagawa, Chiba et Saitama – demandera au gouvernement d'être placé sous l'état d'urgence, selon le ministre de l'Économie Yasutoshi Nishimura.

                        Trouvez plus de mises à jour COVID-19 en direct ici.


                      • 27/07/2021 15:51 GMT – Le CDC peut inverser la politique de masque

                        Selon certaines sources, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) prévoient de mettre à jour leur politique en matière de masques. Plus tard dans la journée, les experts prédisent que le CDC recommandera aux personnes entièrement vaccinées de porter à nouveau des masques à l'intérieur, en particulier dans les zones à forte transmission du SRAS-CoV-2.Trouvez plus de mises à jour COVID-19 en direct ici.




                        27/07/2021 10:10 GMT — Deuxième dose de vaccin ARNm sans danger même après une réponse allergique à la première dose


                        Environ 2%

                        des personnes ont des réactions allergiques aux vaccins à ARNm COVID-19, tels que Pfizer-BioNTech et Moderna vaccins. La grande majorité de ces réactions ne sont pas graves. Une lettre de recherche récente, qui apparaît dans JAMA Médecine Interne, a enquêté sur la façon dont ces personnes ont réagi à leur deuxième dose.En savoir plus sur l'étude dans notre article sur les mises à jour des vaccins en direct.




                        27/07/2021 09:37 GMT — COVID- Vaccin 19 : Si vous n'avez eu aucun effet secondaire, êtes-vous protégé ?


                        Dans un article récent, Medical News Today a abordé une question courante: existe-t-il une relation entre les effets secondaires après vaccination et immunité ultérieure? En d'autres termes, si vous ne ressentez pas d'effets secondaires, êtes-vous toujours protégé ?Lisez la fonctionnalité ici.




                        26/07/2021 12:22 GMT —


                          5 conseils pour prendre soin de soi dans un monde épuisé par la pandémie



                            Alors que certains pays lèvent les restrictions pandémiques, d'autres rétablissent les blocages ou resserrent les restrictions en réponse aux nouvelles épidémies locales de COVID-19.

                            En ces temps stressants et souvent déroutants, il peut être facile d'être affecté par les changements de règles et de restrictions, et les inquiétudes concernant les variantes émergentes du SRAS-CoV-2. C'est pourquoi investir dans les soins personnels est plus important que jamais. Dans un nouveau dossier spécial, Actualités médicales aujourd'hui


                            a rassemblé les meilleurs conseils et astuces obtenus à partir d'études évaluées par des pairs et d'experts dans leur domaine au fil des ans.

                            La fonctionnalité offre également des astuces et des conseils pour l'auto-soin de la praticienne en programmation neurolinguistique et formatrice en santé mentale Tania. Diggory, fondateur et directeur de Calmer, et psychologue de l'environnement et consultant en bien-être Lee Chambers, fondateur de Essentialise.«Les soins personnels se présentent sous de nombreuses formes, pas seulement dans les choses que nous faisons et prenons le temps pour – comme lire, cuisiner , la méditation ou l'exercice, pour n'en nommer que quelques-uns – mais il s'agit aussi d'un état d'esprit », a déclaré Diggory MNT .

                            Lisez notre Fea spécial ture ici.


                            26/07/2021 10h48 GMT — Verrouillages COVID-19: le remède est-il pire que la maladie?



                            Afin de freiner la propagation du SRAS-CoV-2, qui est le virus qui cause le COVID-19, de nombreux pays ont imposé les commandes à domicile ou les blocages nationaux et régionaux avec des restrictions strictes.

                            Les critiques de ces restrictions, cependant, ont fait valoir qu'elles peuvent entraîner des dommages à la santé mentale et physique qui pourraient être pires que l'impact de COVID-19.

                            Une analyse récente publiée dans le Santé mondiale BMJ cherche à répondre à la question : les confinements ont-ils des effets pires que la propagation du SARS-CoV-2 ?

                            Selon la santé publique experts qui ont rédigé l'article, bien qu'il puisse être difficile de démêler les effets sur la santé des blocages des effets sur la santé de la pandémie, il est peu probable que les restrictions pandémiques aient un impact négatif plus important sur la santé publique à court terme que COVID-19.

                            Lire l'histoire en entier ici .


                            23/07/2021 09:15 GMT — COVID-19 : « Un grand nombre de patients développeront des complications »


                            Dans une étude de patients hospitalisés au Royaume-Uni avec le SRAS -Infection au CoV-2, environ la moitié d'entre eux ont développé au moins une complication. Le taux de complications était élevé dans tous les groupes d'âge avec et sans problèmes de santé préexistants. Les résultats apparaissent dans

                            La Lancette.

                          • Lire MNT
                          • La couverture de l'étude par ici.



                              22/07/2021 09:52 GMT — Les cas aux États-Unis ont plus que doublé en 2 semaines

                            Le 6 juillet, la moyenne mobile sur 7 jours pour les nouveaux cas quotidiens aux États-Unis était de 13 700. Le 20 juillet, il était passé à 37 000. Les responsables américains pensent que l'augmentation est due à la variante delta et à la baisse des taux de vaccination. En l'état, seulement 56,2% des adultes américains ont reçu au moins une injection de vaccin COVID-19.Trouvez plus de mises à jour en direct ici.


                            22/07/2021 09:36 GMT — Long COVID: Le nombre de symptômes au cours de la première semaine peut prédire le risque


                            Une nouvelle revue rapporte que les personnes présentant plus de cinq symptômes au cours de la première semaine d'une infection par le SRAS-CoV-2 couraient un risque accru de développer une longue COVID. L'âge, le sexe, les comorbidités et l'hospitalisation au cours de la phase initiale de la maladie ont également prédit le développement de cette forme de la maladie.

                            Lire MNT La couverture de l'étude par ici.



                            21/07/2021 13:32 GMT —


                          La longue recherche COVID obtient un coup de pouce financier


                          )Le gouvernement britannique est fournissant 19,6 millions de livres sterling de financement pour 15 nouveaux projets de recherche sur le long COVID. Les projets viseront à mieux comprendre la maladie et à identifier les traitements efficaces.

                          Prof. Amitava Bannerjee, de l'University College London, dirige l'un des th e projets. Cardiologue et professeur agrégé en science des données cliniques, le professeur Bannerjee a reçu 6,8 millions de livres sterling pour le plus grand essai long COVID à ce jour, qui recrutera au moins 4 500 personnes atteintes de la maladie. «Individus avec une longue COVID demandent depuis longtemps la reconnaissance, la recherche et la réhabilitation », commente le professeur Bannerjee. « Dans notre étude de 2 ans sur 6 sites cliniques à travers l'Angleterre, nous travaillerons avec des patients, des professionnels de la santé, [and] des scientifiques de différentes disciplines, ainsi qu'avec des partenaires de l'industrie, pour tester et évaluer un nouveau «soin intégré «passage du diagnostic à la réadaptation, et traitements médicamenteux potentiels dans le plus grand essai à ce jour.»

                          «Nous essaierons également d'améliorer les inégalités d'accès aux soins et d'enquêter sur la durée pendant laquelle COVID se compare à d'autres conditions à long terme en termes d'utilisation des soins de santé et de charge de morbidité, ce qui aidera à planifier les services », poursuit-il. En savoir plus sur le long COVID ici.


                      • 21/07/2021 13:12 GMT —


                        Les généticiens critiquent les pauvres efforts de séquençage aux États-Unis


                        Le séquençage génétique du SRAS-CoV-2 est essentiel pour suivre la propagation des variantes virales existantes et identifier de nouvelles variantes préoccupantes. Cependant, deux scientifiques affirment que les États-Unis n'ont pas contribué de manière adéquate à ces efforts de surveillance mondiale.

                        Écrit dans le journal PLOS Genetics, les généticiens de la Case Western Reserve University à Cleveland, OH, blâment une mauvaise coordination centrale et, jusqu'à récemment, un manque de financement .Lisez notre couverture complète ici.


                    • 20/07/2021 15h00 GMT —


                      Long COVID: 26% des personnes n'ont pas complètement récupéré après 6 mois


                      Une nouvelle recherche révèle que plus d'un quart des personnes atteintes de COVID-19 ne se rétablissent pas complètement après 6 à 8 mois. L'étude a analysé les données de 431 personnes qui avaient contracté le SRAS-CoV-2 et a constaté que 26% d'entre elles présentaient des symptômes à long terme de COVID-19 six à huit mois après l'infection.
                      Ces symptômes comprenaient la fatigue, la dyspnée et la dépression.

                      Lire MNT couverture complète de l'histoire ici.


                      20/07/2021 14:15 GMT —


                        Un quart de dose de vaccin Moderna crée toujours une réponse immunitaire de longue durée



                        Une nouvelle recherche, qui n'a pas encore été publiée dans une revue à comité de lecture, révèle que deux clichés du Moderna Le vaccin COVID-19, chacun ne contenant qu'un quart de la dose standard, était suffisant pour déclencher une réponse immunitaire de longue durée. Les résultats sont basés sur l'analyse d'échantillons de sang de 35 participants qui ont été inscrits dans l'essai Moderna original. Chaque participant a reçu deux injections de 25 microgrammes (mg) du vaccin à 28 jours d'intervalle. La dose standard du vaccin Moderna est actuellement de 100 mg. Sur 35 participants, 33 ont développé une réponse immunitaire après la première dose. Six mois après la deuxième injection, 29 des 33 participants (88 %) avaient des anticorps neutralisants, qui empêchent le virus d'infecter les cellules saines. «C'est assez remarquable – et assez prometteur – que vous pouvez facilement détecter des réponses pendant aussi longtemps », explique Daniela Weiskopf, co-auteur de l'étude, immunologiste à l'Institut d'immunologie de La Jolla en Californie. En savoir plus ici.